Camille Henrot


  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé
  • Coupé/Décalé

Coupé/Décalé

Film 35 mm transféré sur Betanum, 5'20''
© Camille Henrot
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Coupé/Décalé est un film expérimental qui se réfère au format ethnologique, mais qui a été scindé manuellement, au propre comme au figuré, pour obtenir un léger écart. Cette manipulation fait apparaître une ligne continue qui sépare les images en deux parties décalées, une seconde après l’autre. La réalisation de ce film a engagé une véritable odyssée de l’artiste aux antipodes, vers l’île de Pentecôte dans l’archipel de Vanuatu, pour assister en témoin oculaire à un rituel organisé à l’intention des touristes et supposé être un rite de passage à l’âge adulte. Les jeunes indigènes sautent dans le vide, les pieds attachés par de simples lianes. Événement festif et spectaculaire, ce rituel a inspiré aux Néo-Zélandais l’idée du saut à l’élastique. La mise en scène renvoie aux phénomènes de translation et aux mimétismes structurels inhérents à toutes les cultures, tandis que la manipulation de l’artiste met en exergue l’idée de déconstruction puis de restauration, sans fausser la réalité de ce que l’on voit. Toute image culturelle comprend une part de mise en scène afin de coller à l’image que l’autre se fait de notre culture, comme une tentative pour le séduire. Ce rituel en lui-même et la manière dont il est mis en scène sont caractéristiques des Cultes Cargo en Mélanésie, rituels religieux mimant une culture occidentale fantasmée. En copiant littéralement une tradition Océanienne, Coupé/Décalé renverse le point de vue et incarne une forme de Culte Cargo à l’occidentale. Coupé/Décalé aborde cette mécanique du mimétisme, où ce qui est copié n'est pas une forme culturelle en soi, mais plutôt l'idée que l'on s'en fait. Par un curieux effet d’aller et retour le saut à l’élastique, reproduction occidentale d’une tradition mélanésienne, conditionne la forme  « destinée aux occidentaux » de ce même rituel.

Voir également