Camille Henrot


  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?
  • Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?

Est-il possible d’être révolutionnaire et d’aimer les fleurs ?

Vue de l’installation
© Camille Henrot / Photo. Fabrice Seixas et Alexandra Serrano
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Ce projet est une traduction en ikebana de l’ensemble d’une bibliothèque. Dans la tradition japonaise, le premier ikebana aurait été composé pour "consoler l'âme". La forme de l’ikebana, ses couleurs et le choix des fleurs utilisées constituent une forme de langage. Ces deux aspects - la fonction consolatrice et le langage - communs aux livres et aux fleurs sont le point de départ de ce travail. Chacun des ikebanas renvoie à des ouvrages choisis par Camille Henrot selon un principe de traduction dont les règles ont été re-inventées, usant du pouvoir évocateur des noms latins des fleurs, des surnoms destinés à leur exploitation commerciale, de leur pouvoir pharmacologique ou encore de l'histoire de leurs déplacements.

Ainsi l'ikebana qui rend hommage au Discours sur le colonialisme est composé d'un palmier armé (Alma armata) et d'une tulipe révulsée (Tulipa retroflexa), tandis que celui rendant hommage au Caractère fétiche de la marchandise est composé d'une rose "Freedom" et de trois "œillets des fleuristes".

Les pensées produites par la littérature, la philosophie ou l’anthropologie (qui composent une grande partie de la bibliothèque) font parties intégrantes de notre quotidien. Mais elles sont aussi, d’une certaine manière, « des objets décoratifs » étant entendu ici qu’elles créent un cadre, un environnement stimulant et réconfortant, un « bond hors du rang des meurtriers, acte-observation.»(2), comme peut l’être une bibliothèque.

Des livres aux fleurs, le projet pointe nos préjugés sur ce qui est offensif ou inoffensif, sur ce qui appartient aux arts de l'intellect et à ceux du quotidien.

Voir également