Camille Henrot


  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés
  • Objets augmentés

Objets augmentés

Installation. 36 objets trouvés, enduits de terre et de goudron. Dimensions variables
Vues des expositions "WANI", Fondation d'Entreprise Ricard et “Perspectives”, Espace culturel Louis Vuitton, Paris
© Camille Henrot
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

"Prennant diverses formes – films, sculptures et installations - le travail de Camille Henrot interroge l’aspect matériel de notre culture à travers une perspective anthropologique. Pour sa série Objets augmentés, des objets ordinaires trouvés sur eBay ou sur le « marché aux voleurs », autrefois situé en face du trésor public à Belleville, Paris, sont enduits de terre et de goudron à répétition, jusqu’à perdre leur forme et fonctionnalité. L’intervention de l’artiste marque non seulement un passage du reconnaissable à l’informe, mais aussi un changement de statut : de l’anonymat de la production de masse, l’objet devient singulier. Temporellement et géographiquement inidentifiable, il parvient néanmoins à évoquer un objet emblématique de la mauvaise conscience coloniale : la statuette Kono africaine, dont le vol est raconté dans L'Afrique Fantôme de Michel Leiris. Au-delà de toute dimension anthropologique, si l’on retrace le parcours des objets cachés sous les couches multiples du goudron, l'on retrouve les enjeux clefs de la production industrielle actuelle – du labeur sous-payé jusqu’aux réseaux globalisés de diffusion de marchandises."
Ecrit par Bétonsalon

Voir également