Camille Henrot


  • Psychopompe
  • Psychopompe
  • Psychopompe
  • Psychopompe
  • Psychopompe
  • Psychopompe
  • Psychopompe
  • Psychopompe

Psychopompe

Performance vidéo, 50’
© Camille Henrot
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Interprétation rétrogressive du mythe de Frankenstein, évocation de la généalogie des idées et des images reliées à cette figure du Prométhée moderne, Psychopompe se construit moins comme un récit que comme une succession d’images fuyantes sur un mode à la fois instinctif et érudit.
Procédant par association d'images provenant de registres culturels et historiques hétérogènes, le film évoque les étranges transformations des "déchets mythologiques", leur survie - au travers des films de série B et des images amateurs mais aussi dans la vie quotidienne, par exemple dans les gestes des individus en train d'escalader une paroi artificielle.
La bande son du film, jouée en live par l’un des acteurs majeurs de la scène électronique française, Joakim, accompagné de son groupe The Disco, oscille entre musique minimale, ambiante et influences Noise. Un mélange singulier de sons électroniques et d’instruments acoustiques, de nappes sonores étirées dans le temps et d’interventions bruitistes qui parvient à dessiner une trame narrative : une histoire de métamorphoses.

Voir également